Voyage astral

De ce thé au jasmin la buée s’évapore

Je respire haletant les fleurs qui odorent

Et tombe au sol marbré de l’ancienne cheminée

Couché vaincu je pars vers d’étranges contrées.

 

Le rose et l’or blanc dessinent les contours

D’êtres géants et calmes aux abords débonnaires

Le pays montagneux des bergers aux pas lourds

Tremble et s’ouvrent les entrailles de la terre.

 

Au fond de moi je vois des rails désaffectés

Un peu d’huile et je creuse jusqu’au coffre au trésor

Et porteur d’un rubis gros comme un sémaphore

Je me réveille et l’offre à la femme d’à côté

Comments (4)

♫ William Sheller – Excalibur

Image de prévisualisation YouTube

Comments (2)

♫ So Flute – St Germain

♫ So Flute - St Germain St_Germain_So_Flute1-296x300

Image de prévisualisation YouTube

Comments (2)

Devenir Quelqu’un d’Autre

 

On porte, on supporte le poids, le joug,

Puis on ne supporte plus, on voudrait laisser tomber

Quitter cette existence pour être quelqu’un d’autre.

C’est possible, en fait.

Regarde le ciel et vois ce qui t’est caché tout le jour.

Retourne dans ta demeure et vois ce que tu as oublié,

et ce que tu as laissé échapper au cours de ta vie.

Vois les autres pour ce qu’ils sont vraiment et pas ce qu’ils paraissent être.

Ne te fais pas d’illusions: l’humanité a un potentiel de lumière extraordinaire.

Trouve une source d’énergie nouvelle et la flamme se rallume.

Alors tu vois, et tu comprends que tu te trompais sur ton sort. La vie est une expérience proposée à l’homme, durant un certain temps.

Une expérience à vivre, des expériences multiples à apprécier, le bien, le mal, le chaud, le froid, et celui qui les vit: l’Être.

Ton nom est un autre, ta personnalité n’est pas toi.

Vivre la totalité de ta réalité fera de toi un être nouveau, dans la lumière, et rayonnant.

Comments (6)

Au Soleil de Galice

Un broc à chaque main, au soleil de Galice

Ou des bouteilles pleines au pied de la fontaine

Sur la place de l’église aux pavés blancs et lisses

quelques passantes lentes s’épanchent par dizaines

 

J’approche et aperçois une ombre aux lignes nettes

À même le sol dur, noire comme le cygne

Ses pieds en vain lévitent et cherchent sa jeunette

Comme un pantin agile, la mienne lui fait signe

 

Ils se prennent la main, enjambent un baldaquin

Je les suis comme l’onde accompagne la berge

Dans le lit du printemps et les rires d’une vierge

Qui retrouve son double et me prend par la main

Comments (2)

En Allant Pas à Pas

En allant pas à pas le long du long chemin

Qui relie le printemps du petit bois au loin

À la grande maison d’une famille unie

On fredonne des airs au suave goût de fruit

 

Dehors tout est si calme, le vent souffle le chant

D’un oiseau de l’aurore, aux plumes fendant l’air

Le papier peint écru est comme le désert

Où le fils de l’orage apaisait son tourment

 

Tu me parles et j’écoute, la nuit porte conseil

Les yeux clos à demi, le chant d’une sirène

Une belle symphonie me rappelle à l’éveil

Et dans ta volupté, elle finit par amen

Comments (3)

La Vie est une Chose Merveilleuse et Grande

La Vie est une Chose Merveilleuse et Grande ETTY-HILLESUM-150x150 

  Oui la détresse est grande, et pourtant il m’arrive souvent, le soir, quand le jour écoulé a sombré derrière moi dans les profondeurs, de longer d’un pas souple les barbelés,

   et toujours je sens monter en mon cœur – je n’y puis rien, c’est ainsi, cela vient d’une force élémentaire – la même incantation : la vie est une chose merveilleuse et grande.

   Après la guerre nous aurons à construire un monde entièrement nouveau et, à chaque nouvelle exaction, à chaque nouvelle cruauté, nous devrons opposer un petit supplément d’amour et de bonté à conquérir sur nous-mêmes.

   Nous avons le droit de souffrir, mais non de succomber à la souffrance. Et si nous survivons à cette époque, indemnes de corps et d’âme, d’âme surtout, sans amertume, sans haine, nous aurons aussi notre mot à dire après la guerre.

 

Etty Hillesum, Lettres de Westerbork, 1941-1943

Comments (1)

Le Valet de Bâton

Le Valet de Bâton VALET-DE-BATON1-166x300

Le prince des vallées

a pris l’habit du serf

Et garde sa fierté

Car en haut lieu il sert

Commentaires

Dieu est un sandwich au salami

Dieu est un sandwich au salami COPERNIC-300x217

- J’ai un jour commencé à écrire un livre intitulé « Dieu est un sandwich au salami ».

- Cela aurait été un très bon livre. C’est Moi qui t’en ai donné l’inspiration. Pourquoi ne l’as-tu pas écrit ?

- J’avais l’impression de blasphémer. Ou, du moins, d’être horriblement irrespectueux.

- Tu veux dire merveilleusement irrespectueux ! Qu’est-ce qui t’as donné l’idée que Dieu n’est que « respectueux » ?

Dieu est le haut et le bas. Le chaud et le froid. La gauche et la droite. Le respectueux et l’irrespectueux.

Penses-tu que Dieu soit incapable de rire ? T’imagines-tu que Dieu n’apprécie pas une bonne blague ? Crois-tu que Dieu soit dépourvu d’humour ? Je te le dis: c’est Dieu qui a inventé l’humour.

Dois-tu Me parler tout bas lorsque tu Me parles ? L’argot et la langue populaire ne sont-ils pas dans Mes cordes ? Je te le dis, tu peux Me parler comme à ton meilleur ami.

Crois-tu vraiment qu’il y ait un mot que Je n’ai jamais entendu ? Un spectacle que Je n’aie jamais vu ? Un son que Je ne connaisse pas ?

Penses-tu que Je méprise certains tandis que J’en aime d’autres ? Je te le dis, Je ne méprise rien. Rien ne Me repousse. C’est la vie et la vie c’est le cadeau, le trésor indescriptible, le saint des saints.

Je suis la vie car Je suis l’étoffe de la vie. Chacun de ses aspects a un but divin. Rien n’existe – rien – sans qu’il y ait une raison comprise et approuvée par Dieu.

 

Neale D. Walsch, Conversations avec Dieu

Comments (3)

Crainte ou Confiance

   Avant-hier, j’écoutai sur KTO une homme d’un certain âge, un ecclésiastique, parler du rapport de l’homme à Dieu. C’était la crainte de Dieu qu’il mettait en avant, mais, disait-il, dans son sens noble, à savoir la reconnaissance de la supériorité, la noblesse de Dieu, et le respect, la révérence qu’on lui doit.

   Je suis bien d’accord avec lui mais au lieu du mot peur, j’aurai dit «confiance». C’est le vrai sens du mot foi.

   En vérité, mes petits agneaux, je vous le dit, Dieu ne châtie pas les pêcheurs que nous sommes parfois. Nous subissons les conséquences de nos actes parce qu’ils sont faits dans ce monde matériel et la loi de cause à conséquence s’exerce ici, sans merci. Mais Dieu nous pardonne.

   Vraiment ? Oui, il est amour, et il n’est qu’amour. Il souhaite que nous comprenions ce qu’est l’action juste et nous l’apprenons par nos erreurs. Ainsi, c’est par nos vicissitudes, nos faussetés, nos actions immatures et nos joyeuses bêtises que nous finissons par comprendre à la fois ce que nous sommes vraiment et ce qu’il est attendu de nous.

   C’est ainsi que nous apprenons l’intelligence, la vraie, celle du cœur, instinctive et intuitive, et que pas à pas, vers Papa, nous allons.

   Et tout autour de nous, volent et regardent ceux qui, plus que quiconque, veulent notre bien, et attendent en patience.

   Et parfois nous chuchotent à l’oreille quelques mots de bienvenue.

   Et tout ceci est vrai.

Comments (1)

12345...16

Nizar Barkouti |
Apprendre le français |
Tout comprendre vite et bien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | General
| LA PAROLE ET LA TRACE
| la bricole