Sur l’Eau

Le vent salé fouette le flanc du bateau bleu

Délavant sa couleur pâle comme le ciel

Dès l’aube je profite du matin brumeux

Bientôt les alevins salueront le soleil

.

Je pousse la manette et la machine crie

Je file droit devant, cheveux ébouriffés

L’eau fuit de tous côtés comme embruns en furie

Neptune déchainé parcourt ses contrées

.

Trop de bruit, trop de vague, je stoppe et fait le calme

Tout le monde se cache, une limande hésite

Une mouette me parle, le vent me remercie

La nature sourit qu’en silence l’on flâne

5 commentaires »

  1. souvenirs19 dit :

    Sur le bateau
    au fil de l’eau
    vent dans les cheveux
    faisons un grand aveu
    La Nature est belle
    quoique parfois cruelle
    mais moins que les humains
    prisonnier du Malin…

    Ah Stéphane
    quelle sensation de liberté
    quand la voile nous mène
    au gré des flots salés
    dans le silence agité
    des flots où naviguer…

    Bon dimanche à toi
    Amicalement Anne
    .
    .
    .
    Dans le désert d’eau, on ne pense plus à rien…
    On est loin de tout, on se sent si bien…
    mais où est-on ?…

    Bonne semaine, Anne
    Je t’embrasse

    Dernière publication sur Je me SOUVIENS... : FRERES ennemis etc...

  2. Belle osmose avec les éléments,harmonie précieuse,
    très bonne journée Stéphane.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Différent

  3. souvenirs19 dit :

    Homme libre, toujours tu chériras la mer !
    La mer est ton miroir,
    Tu contemples ton âme dans…

    Les flots ne sont pas un désert
    Océans et Mers sont peuplés
    Soit de poissons, soit de sirènes
    Et le coeur agité berce ses peines
    Aux jeux des dauphins
    Aux chants des beautés
    qui viennent l’écouter…

    Bon début de semaine Stéphane
    Je t’embrasse fraternellement
    Anne

    Dernière publication sur Je me SOUVIENS... : FRERES ennemis etc...

  4. Denis dit :

    Très joli texte Stéphane,
    La sérénité de l’eau guérit bien des maux…

    Bonne journée,
    Amicalement,
    Denis

  5. debut2011 dit :

    Les vagues
    quelles musiciennes !
    La Nature
    quel chef d’orchestre…

    Ce poème d’hier
    fait harmonie
    avec celui d’aujourd’hui…

    Tes heures soient douces Stéphane
    Amicalement, Annebis
    .
    .
    .
    Merci, Annebis

    Dernière publication sur Je me SOUVIENS... : FRERES ennemis etc...

Feed RSS pour ces commentaires

Laisser un commentaire

Nizar Barkouti |
Apprendre le français |
Tout comprendre vite et bien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | General
| LA PAROLE ET LA TRACE
| la bricole