Souvenirs Lointains

La ligne de métro fait trembler les carreaux

La chambre reste close on n’y peut s’endormir

Elle abrite les restes d’un lit à barreaux

Je garde en souvenir la cage où j’aimais rire

 

Le bois ne cédant pas je sautais la barrière

Et poursuivais le chat jusqu’à son nid de poils

Dans une chaude ambiance, bien qu’éloigné du poêle

Je m’endormais souvent contre la bête fière

 

Le chien, lui, m’emmenait sur la blanche terrasse

Où poussait, apaisante, comme une jungle vaste

L’été les fleurs offraient des sensations nouvelles

L’hiver sous la verrière passait le chaud soleil

2 commentaires »

  1. Anne dit :

    Douceurs de moments sans soucis
    Durant lesquels les rêves sont amis
    Combien la jeunesse fait nostalgie…

    Ta journée soit agréable Stéphane
    Amicalement, Anne

  2. Jeunesse,rappelle-moi ton bonheur,ton innocence,tes précieuses découvertes,tes odeurs premières en mon être,
    Salut à toi Stéphane.

    Dernière publication sur Chasseur d'Images Spirituelles : Nul n'est parfait

Feed RSS pour ces commentaires

Répondre à chasseurdimagesspirituelles Annuler la réponse.

Nizar Barkouti |
Apprendre le français |
Tout comprendre vite et bien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | General
| LA PAROLE ET LA TRACE
| la bricole