Chionée

Dans la pénombre je me glisse jusque chez toi
Et jette un œil à ta fenêtre encore une fois
Le vent ferma d’un coup tous mes derniers espoirs
Sur toi Aquilon veille, froid et jaloux vieillard

Trois cours accélérés de boule de cristal
Me firent deviner où se cache ton château
Mais les frères de ton dieu repoussèrent mon bateau
Je fis appel aux miens, et à leurs flottes royales

Grandiose fut la bataille, le feu de la jeunesse
Fit fondre les glaciers de la blanche forteresse
S’approcha enneigée ma princesse Chionée
Nos deux cœurs sublimèrent en brume de janvier

2 commentaires »

  1. souvenirs19 dit :

    Neige pour Noël
    Espérance en Ciel
    Ainsi sont les humains
    En leur coeur chagrin…

    La déesse t’inspire Stéphane
    Elle boude le Midi d’Anne

    Dernière publication sur Je me SOUVIENS... : FRERES ennemis etc...

  2. Xerus dit :

    Salut Témoin,
    Ravi de te relire
    Bonne fin de semaine et bon Noël

    Dernière publication sur DU BLUES DU BLUES DU BLUES MAIS PAS SEULEMENT : Musique

Feed RSS pour ces commentaires

Laisser un commentaire

Nizar Barkouti |
Apprendre le français |
Tout comprendre vite et bien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | General
| LA PAROLE ET LA TRACE
| la bricole