Archive pour Comptine

La Grenouille, le Boa, l’Autruche, la Biche et le Chasseur

Grenouille méditante et méritant boa

L’une gonflant le ventre, à l’autre l’oeil est coi

A deux ils pondent un œuf d’autruche, c’est assez

Toujours les pieds sur terre mais la tête cachée

Quand elle saura voler elle te menera au bois

En chasseur je saurai faire entendre ma loi

Je prendrai des leçons de ton corps de biche

Et le soir, de ton coeur, la joie tendre et riche

Comments (1)

♫ L’Ours

 

Luttant contre le vent je grimpais au sommet

Un ours bien léché m’avertit du danger

Assis sur une luge contre la fourrure blanche

Nous glissons poursuivis par la neige avalanche

 

Dans la forêt mon ami pêche des harengs saurs

Sur un arbre nous vivons avec les chats perchés

Des écureuils nous offrent des noisettes grillées

On leur conte en échange les contes de Boucle d’Or

 

Des chasseurs étourdis nous donnèrent leurs habits

On ouvrit dans la ville une boutique d’armes

Les clients satisfirent la faim du plantigrade

Chassez le naturel il revient sans merci

Comments (4)

Le Revenant

Du placard de sa chambre un squelette s’anime

Agite ses deux bras comme pour l’effrayer

Mais la petite à qui il n’en faut pas conter

L’entraine dans la ronde de belles comptines

 

Dans la cour de l’école, le jour l’éblouit

Les maîtresses s’affolent, les parents poussent des cris

Et les enfants ravis de ce gai compagnon

Demandent une chanson qu’il chante à sa façon

 

Sa voix est sans pareille et chacun s’émerveille

Les opéras l’accueillent oui mais les parents veillent

Interdit aux enfants, il donna son salut

Et se cacha si bien que personne n’y croit plus

Comments (2)

La Symphonie du roy

Un roitelet fit venir ses ouailles oiselets

Siffla en son langage d’une grande portée

Chantant les mérites des ailées vocalises

Mis sur patte un orchestre que lui-même symphonise

.

Et en chœur, ils vous mirent dans le cœur ce baume

Joyeuse récréation, haute définition

Le village en entier prit la résolution

D’en écrire un recueil, poésies en trois tomes

.

Ma participation vous la lisez ici

Revue et corrigée par le chef de l’orchestre

Car quoi que l’on en fasse, au monarque modeste

La musique des mots lui appartient aussi

Comments (4)

La Baleine et le Marin

 

La boussole indique cinq heures

Oui, elle a perdu la boule.

Comme moi, elle est ailleurs

À l’ouest, en plein dans la houle.

Aux cris des mouettes, je guide

Mon esquif, au gouvernail,

Pour ne pas tomber dans l’vide

Plein d’eau, loin de l’Atlantide.

Mais où voulez-vous que j’aille ?

Une baleine messagère

Vient se poster dessous moi,

Porte la barque légère

Frêle coquille de noix.

Nous montons en atmosphère

Bien plus haut que les avions

Car cet ample mammifère

a déployé ses ailerons

En lieu et place, c’est normal,

De sa nageoire caudale.

Là-haut, on vous voit très bien

Moi et mon nouveau copain.

On fait le tour de la Terre,

Plus jamais on va s’en faire.

On n’a plus qu’à s’assoupir

Dans les courants d’air ambiants

Ou descendre en toboggan

Jusqu’aux îles des plaisirs

Où les sirènes invitent

Les poissons et les marins

A goûter des pommes cuites.

Venez, vous y serez bien !

Comments (2)

Le Fou en Liberté

Sur l’esplanade des Invalides,

Un individu bien valide

M’a dérobé mon portefeuille,

Mon chéquier et surtout ma feuille

D’impôt, taxe sur le revenu.

Du coup j’en suis resté tout nu.

Après j’ai couru comme un gosse

Dans les ruelles de Lutèce,

Ami des chiens libres sans laisse

Comme un casse-cou mais sans les bosses.

Je jure que je vais l’rattraper

Ce voleur un peu trop habile

Mais soudain voilà que je pile

Car à quoi bon me fatiguer.

Je suis nu sous le chaud soleil

Et je m’en porte assez bien

Car Paris est une merveille

Et je m’y habitue très bien.

Jusques au beau marché floral 

Plein de parfum à chaque étal

Les dames en me voyant rougissent.

C’est à ce moment peu propice

Que le kleptomane s’immisce

Et d’une moqueuse voix complice 

Dit: l’ami t’es bien avancé 

Tu es maintenant le Manneken-Pis

De la place de Saint Sulpice

Et tes papiers d’identité

T’as mérité d’les retrouver.

Comme alors je n’en voulais plus

Je les ai déchirés menu. 

Et le bon Dieu qu’avait tout vu

Il ne m’en a jamais voulu

Car depuis cette journée-là

Vous en resterez tous babas

Je suis le fou, le comédien,

Des Parisiennes et Parisiens.

Comments (3)

Nizar Barkouti |
Apprendre le français |
Tout comprendre vite et bien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | General
| LA PAROLE ET LA TRACE
| la bricole