Archive pour La Route Joyeuse

♫ Voyage vers le Royaume

A l’ombre d’un bosquet où l’herbe était fraiche

Parce qu’on était deux apparut un visage

Entre deux verts feuillages une femme sans âge

Nous en fumes témoins sans en vendre la mèche

 

Et les chœurs du royaume accompagnaient nos pas

Je caressais ta paume tu regardais là-bas

On était en chemin vers les pays lointains

Où les hommes et les femmes se lient jusqu’au matin

 

Heureux les enfantins qui découvrent ingénus

Le pont en bois de chêne, souple sous les pieds nus

Sur le fleuve de l’oubli, qui mène frères et sœurs

Au château parental ouvert comme une fleur

 

(chanson réconfortante)

Comments (3)

Save Our Souls

J’ai jeté la bouteille au large de la mer

Le poète a su dire ses espoirs solitaires

En six mots griffonnés sur un vieux parchemin

Ultime appel aux siens: «Dans mon île on est bien»

 

J’invite à mes repas quelques cochons sauvages

Au sable je dessine des oeuvres éphémères

Le cercle d’horizon est ma juste frontière

Royaume de corail, la fin d’un long voyage

 

Comme une femme trouverait là sa convenance

Car dans mon cœur elle ne serait que préférence

Amie, vois ce flacon qui garde le parfum

De la libre présence d’un homme dans ton destin.

Comments (3)

Yoga

Derrière le rideau rouge toute une ville s’agite

Je fais grasse matinée mais tout ce bruit m’incite

A me lever en hâte, lolo, gym et Papa

Je file et me faufile jusqu’au cours de yoga

 

Assis dans nos transports, on survole la Seine

Les goélands nous accompagnent jusqu’à Vincennes

Et nous dansons sur scène au son des trompes et d’olifants

En ballet balayant les pensées des passants

 

Dans le métro je reste assis à observer

Les uns les autres qui tressautent et meurent d’envie

De connaître l’état qui n’a pas d’autre prix

Que d’asseoir à tout prix son serment de bonté

Comments (3)

Un Ami

Autrefois j’ai connu un homme, un ami

Son regard affectueux lisait toute ma vie

 

Il avait tant vécu, an par an, toutes choses

Une à une il mit à jour de mes peurs les causes

 

Il avait traversé ouragans et tempêtes

Il vida la noirceur de mon cœur, de ma tête
Qu’à la fin il n’avait que l’amour dans son cœur

Mes yeux il a ouvert, j’étais plein de bonheur

 

Sans rien me demander

Pourquoi donc l’a-t-il fait ?

Comments (8)

La Mongolfière de nos Amours ou Comment se Rapprocher du Paradis

Elle monte là-haut, toi et moi dans son nid

On voit des animaux, lamas, manchots, zébus

Dans la stratosphère, tout près du Dieu Béni

Un poème d’amour, ensemble on a conçu.

Comments (3)

La Danse

Une curiosité était dans la vitrine

D’un marchand de passé, aussi vieux que les ruines

Qu’il nous vends à prix d’or, le coquin, c’est pourquoi

Je n’eu aucun remord à le voler, ma foi.

De nuit, je m’introduis revêtu d’habits noirs

Tout comme la panthère, j’avançais sans rien voir.

L’objet de mes désirs, sinon de mon tourment,

Je le vis là posé sous une feuille libre.

C’est le mode d’emploi de l’appareil cuivré

Dont j’usai, en poussant les trois boutons nacrés.

L’objet brillant s’ouvrit, une danseuse vive

Joua des longues jambes et de ses bras si fins.

Et la musique fit que, par un sort sans fin,

Je dansais d’allégresse une valse si belle

Que du moindre quidam elle ravit les oreilles.

A l’heure où je vous parle, je mène encore la danse.

Mes riverains vous le diront dans ma Provence,

Maître je suis des cœurs, des filles et des abeilles.

Comments (3)

Le Bon Choix

Je crie et vocifère, je pleure et me maudit

Et j’insulte ma vie, je hais ce que je suis

Ainsi je me bâtis les murs d’une prison

Sale, malodorante, montagne de charbon

.

J’accrois sans le savoir les souffrances de demain

Le karma que je vis est bien assez chargé

Aujourd’hui je décide de me prendre en main,

Et par la fermeté, je choisis de m’aimer

.

Mon regard se retourne et voit mes dons innés

Je m’accorde bontés, récompense ma peine

Mon voisin a un cœur, sa couleur est la mienne

D‘une infinie patience, j’avance vers l’été

Comments (6)

Sa Fiancée

Il y a quelques années de ça

Papillon et barbapapa

Traînant le pied sur le Chemin

Hochet, joujoux et traversin

Un nuage noir m’envahit

Pompier, tambour, pipi au lit

Je n’avais plus envie de rien

Bavoir, veilleuse et Papotin

La voix qui m’était familière

Billevesée et fourmilière

M’appela, oserai-je le dire,

Bulletin scolaire et Casimir

«Ma fiancée», j’en fut outré

Baba au rhum et crème glacée

Mais aujourd’hui j’en suis flatté

Gaspard, Hector et Barnabé

Car le Christ j’ai épousé.

Comments (2)

L’Initiation

Un matin de novembre

Près des marronniers blancs

Des cieux se fit entendre

Un bel enchantement

Une voix douce et tendre

Qui dit oui ou bien non

Ou bien rien c’est selon

Qui laisse deviner

Comment nait la pensée.

Soudain la brise douce

De mon navire pousse

La blanche voile vers

Une sorte d’enfer

Dont voici l’historique.

Quelle mouche les pique ?

Car Zéphyr de son souffle

Sur un fauteuil d’osier

Me contraint en pantoufle

Et nu à me jeter ;

Me ligote d’amour,

M’enivre de nectar.

Je consentais les tours

Que des maîtresses noires

Me faisaient, endurant,

Trois semaines durant.

Elles dirent « finissons,

Mais en queue de poisson ! « 

Depuis, bien que fait homme,

Je regrette ce temps.

Mais ces jours-ci j’entends

Les esprits, les fantômes

Me chanter aux aurores

De leurs plus beaux ramages

Qu’il faut me taire encore

Pour mon apprentissage

 

 

Commentaires

Le Poète en Liberté

 

 

J’allai seul sur les routes

Sans dire ni oui ni non

Mon âme s’est dissoute

Poussière était mon nom

 

 

 

                    Charles Trénet

Commentaires

Nizar Barkouti |
Apprendre le français |
Tout comprendre vite et bien |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | General
| LA PAROLE ET LA TRACE
| la bricole